Un Gremlin dans la caboche !

En décembre 2015 j’ai publié un article intitulé «Avez-vous un Gremlin dans la caboche ?», et je suis content, car Frédéric a évoqué le petit monstre rendu célèbre par Spielberg hier, en qualifiant certaines de ses «chèvres» de Gremlins…

Pour ma part, lorsque je regarde ce film, j’aime bien imaginer ces monstres comme la manifestation d’une hystérie collective ! Tout commence par un petit animal trop mignon pour être vrai… Ton projet serait-il trop beau pour être vrai ?

L’animal est offert en cadeau à un ado avec trois règles impossibles à tenir… Aurais-tu associé à la réalisation de ton projet quelques «impossibles» qui font e ton projet un cadeau empoisonné ?

La rumeur commence à courir un peu partout dans la ville, mais par accident. L’animal est gardé secret, et malheureusement, les recommandations qui vont avec…

Et voilà que tout le monde se fait mal à sa façon : le propriétaire du chasse-neige se fait ramasser par l’engin, la vieille dame qui abuse du monte-escalier se fait éjecter suite à un dysfonctionnement, le prof de sciences naturelles se retrouve avec une seringue plantée dans le corps… et à chaque fois, il y avait un Gremlin dans le coin. le film nous montre clairement le Gremlin à l’image comme principal agresseur, mais qu’en serait-il si le Gremlin n’était qu’une illusion, et que chaque «victime» était, en réalité, maltraitée par ses propres démons, au point de provoquer le problème qui lui fait peur ?

Ce serait intéressant de revoir le film sous ce prisme.

Dès que la chèvre n’est plus un stylo qui fuit, une batterie vide ou une porte qui grince, mais qu’elle s’agite à l’intérieur de notre tête en nous faisant procrastiner, nous émouvoir à outrance, ou nous emmène vers un sentiment de petits sentiments de victoire qui nous éloignent du grand sentiment qui nous attend une fois le projet abouti, cette chèvre devient un Gremlin !

Et un Gremlin dans la caboche, ça rend chèvre !

En langage plus pro, le «gremlin dans la caboche» s’appelle une «résistance au changement». On croit couvent que la résistance au changement est quelque chose qui s’exprime clairement grâce à une phrase assertive du genre :

– Je ne me sens pas encore prêt(e) à faire ceci

Mais souvent, elle se manifeste par :

– Ma voiture est en panne, ça tombe mal !

Lorsque tu creuses la raison pour laquelle la voiture est en panne, tu te rends compte qu’au fond elle n’aurait pas dû l’être, parce que tu as en toi et autour de toi tout ce qu’il faut pour qu’elle fonctionne. Si elle est en panne, c’est parce que son bon fonctionnement aurait permis un changement auquel tu résistes ! Ce qui signifie, en poussant le bouchon un peu loin (mais on est là pour ça), qu’il est possible que tu aies causé ou prolongé la panne POUR NE PAS permettre au changement de se manifester… Ce qui te permet d’affirmer une vérité plus facile à accepter :

– Ma voiture est en panne, ça tombe mal !

Réfléchis à la question, et essaye de trouver, même en poussant le bouchon un peu loin (tu as payé pour ça*), à quel changement tu résistes. Un changement qui est forcément lié à ton projet… c’est ballot !

A++

Stéphane

_____

* Si tu n’as pas encore payé c’est que tu résistes à un changement…

Posted in Semaine 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


18 COMMENTS

Prosper - posted on 23/02/2018 19:35

Résister à un changement avec des soucis de santé.
J’ai tous les moyens d’être en forme, d’être actif, sauf que inconsciemment je tombe malade pour résister.
A vérifier. Je ne suis pas certain, mais peut être !

Reply
JOSE - posted on 23/02/2018 19:47

Ca nous renvoie à L’auto-sabotage. Et je ne parle pas de saboter une voiture ;). Echouer pour se prouver qu’on existe, c’est plus facile et rapide que réussir. C’est vrai pour une projet, un objectif sportif, un régime… Comme dans un ordre d’idée proche, lécher sa blessure pour s’assurer qu’elle reste ouverte, plutôt que de lâcher prise – laisser faire la cicatrisation – et avancer.

Ca nous renvoie à nos addictions – addiction au smart-phone, addiction et réaction immédiate aux sollicitations et interruptions du genre appel téléphonique, collègue qui passe par là. Tiens au passage, le pire mensonge dans l’entreprise c’est « tu as une minute? » !

Le gremlin, en effet n’est pas le collègue qui passe par là, l’appel téléphonique ou le message qui fait pop sur l’écran. C’est le fait qu’on les laisse faire. On peut laisser le téléphone sonner ou le mettre sur silence et rappeler plus tard. On peut expliquer au collègue que ce n’est pas le bon moment, mais qu’on sera très heureux de le voir à 16h00, on peut désactiver les pop du smartphone etc…

J’aime beaucoup ta lecture du film de Spielberg, Stéphane. Ces résistances qu’on voudrait qualifier de monstres, et nous de victimes, sont en nous, qui nous empêchent d’embrasser le progrès auquel on aspire.

J’en conclus qu’il faut être capable de changer
(changer d’attitude, changer ses habitudes, changer de lunettes…)
pour accepter le changement

Que je sois le changement que je veux voir dans le monde – que je sois le changement auquel j’aspires

Reply
JOSE - posted on 23/02/2018 19:52

j’aspire. Sans s. j’avais d’abord écrit la phrase à la deuxième personne – sois le changement auquel tu aspires – et puis j’ai opté pour la première personne, en me disant que je n’étais pas là pour vous donner des leçons, mais pour partager avec vous ce que je ressens et ce que je crois 🙂

Reply
samanta - posted on 24/02/2018 02:43

Merci pour ce beau partage qui complète l’article ! (et merci aussi pour la correction, le français n’est pas ma première langue alors j’apprécie beaucoup !)

Reply
Fanny - posted on 23/02/2018 20:25

Je résiste à être moi-même, souvent, à mes yeux. A assumer mes envies aux yeux de tous, et supporter le regard des autres. Je vais fuir les interactions sociales car ça demande une exposition de ma part, chose qui me fais peur. Et c’est pour ça que je vais 1001 excuses du style : J’ai pas le temps etc…

Reply
Daniele - posted on 23/02/2018 20:25

Trop de choses à faire …alors qu’il suffirait que je revoie mes priorités

Reply
Véronique - posted on 23/02/2018 20:44

Bonsoir Stéphane
J’ai eu Peur à un moment donné de sortir de ma zone de confort, toujours à avoir les mm habitudes, j’ai pris conscience qu’il fallait que je me mette en action. Maintenant je m’ouvre davantage à plus opportunités et suis attentive à tout ce qui m’entoure et explore de nouveaux horizons c’est mon leitmotiv depuis plus d’un an et actuellement je suis sur des projets parallèles à mon travail et qui sont en lien, qui me poussent également à aller de l’avant et de tenter et acquérir de nouvelles expériences.
Bon week-end à tous.

Reply
Lise - posted on 23/02/2018 21:20

Je résiste au fait de sortir en soirée assister à des conférence… Mon gremlins est soit ma propre santé soit je manque de volonté pour casser le rituel du coucher des enfants… Et je rate énormément de conférences en rapport avec mes projets.

Reply
Chris - posted on 23/02/2018 21:45

Résistance au Changement et gremlin ou chèvre…
Que dire du retour à l’emploi après chômage de type « momeuse  » (maman de jeunes enfants non simple femme au foyer mais aussi avec pression de chercher…) ?
Les priorités pour l’emploi s’opposent à mes priorités de vie calme, de progresser en éducation positive, de faire du tri et simplifier/vider notre chez nous…, de faire de la marche solitaire…
Mes gremlins m’empêchent de préparer le dîner comme une vrai mère au foyer. Mes gremlins m’empêchent de partir à temps pour chercher les enfants… Et me poussent à courir, me presser et me stresser pour arriver aux sorties d’école… Ils me poussent à passer/oublier l’heure de l’ordinateur, des mails et sms, des rdv pros…

Reply
Fred - posted on 24/02/2018 00:27

Je dirais qu’il faut regarder du côté de l’I-ologie; le besoin de reconnaissance.

Reply
stepnhany - posted on 24/02/2018 08:49

après la chèvre, le gremlin .
c’est un zoo dans nos têtes.
c’est marrant parce que l image du gremlin, je l emploie pour la maladie de ma fille .
sa maladie est gérable au quotidien si on prend des mesures alimentaires simples, limiter les colorants alimentaires et le sucre, donc je dis souvent quand elle part dormir à l extérieur, c est comme les gremlins, tant qu on donne pas de boisson gazeuse genre cola, certain bonbon, c est une gentille petite fille, par contre un verre de cola, ou un bonbon de couleur bleu, peux vite vous faire vivre un enfer .
Je vais chercher mes gremlins a moi maintenant, mais moi, il me faut toujours plusieurs heures, voir plusieurs jours, pour comprendre ou Stéphane veut m emmener.

Reply
Thomas G. - posted on 24/02/2018 11:08

Le changement auquel je résiste le plus (même si j’ai fait une tentative) s’est déménagé. Avec mon handicap je ne peux me déplacer qu’avec l’aide d’ami ou en transport en commun. Habité une plus grande ville aiderait à mes déplacements. Je suis en situation d’Ouroboros car si je ne déménage pas c’est que je n’ai pas de situation mais pour en avoir une je dois déménager.

Reply
Nathalie - posted on 24/02/2018 16:09

Je résiste …..à aller bien , à …avoir le moral, à…me réjouir de tout le bonheur qui m entoure …
j avais préparé toute une liste des choses qui m entourent d amour et de bien être mais je vous en fait grâce tant j ai honte ….
d être aussi déprimée
Chèvres gremlin ou autres démons … on dit aussi les casseroles , vous voyez celles qui vous suivent toute votre vie …. et font bcp trop de bruits dans votre tête … chacun son époque
Désolée pas de moral aujourd’hui
Bon we a tous

Reply
samanta - posted on 24/02/2018 22:57

Je pense que mes gremlins sont les excuses que je trouve sans même m’en apercevoir pour ne pas m’entraîner comme il faudrait ou pour continuer à acheter des choses que je ne devrais pas manger…
Merci Stéphane pour cet exercice qui m’aide à voir avec plus de clarté !

Reply
Ileana - posted on 25/02/2018 16:12

J’aime beaucoup la séquence chèvres et Gremlins, et réfléchir à la nuance entre les deux est lumineux. Je connais bien la résistance au changement, j’ai l’impression d’y être moins sujette que la majorité des gens, ayant déménagé et changé de métier plusieurs fois, MAIS je vous qu’il y a un domaine où ça me touche de plein fouet, c’est le domaine personnel.

J’ai beaucoup de mal à faire entrer une nouvelle personne dans ma maison. Nous devons recruter une nouvelle nounou, la précédente nous ayant fait faux bin d’en manière assez brutale (congé maladie de un mois et demi suivi de démission alors qu’elle était en pleine forme et sautillante le soir avant l’envoi de l’arrêt maladie).

En réfléchissant à notre relation avec cette nounou, à sa manière de gérer les enfants, son départ est une bénédiction. Du coup je m’interroge : comment/pourquoi n’ai-je pas mis un terme à son contrat plus tôt ? Pourquoi est-ce si dur de chercher une nouvelle personne ? La résistance au changement y est sans doute pour beaucoup.

Reply
Céline - posted on 25/02/2018 21:14

Bonjour, je viens de voir un petit reportage super intéressant (il faut taper « voie nature relier à la terre pour le visionner dans Utube) et je me suis dis « il faut partager ça! » et puis,  » ici ce n’est peut-être pas le lieux », sauf qu’il y est quand même question de résistance au changement. Je ne sais pas trop si je fais bien, mais je vous invite à aller le voir. Et si c’est déplacé, que mon grimlin n’en est pas un, on a un super modérateur, alors ce n’est pas si grave 😉

Reply
Jacqueline P. - posted on 26/02/2018 03:22

Stéphane se souviendra que son article suivait un commentaire que j’avais fait sur mon incapacité à rejoindre une formation qui m’intéressait à cause de différents pb de mailing. Je lui avais alors dis que je devais avoir un Gremlin dans la tête qui sabotait mon inscription ! Et oui, Stéphane c’était bien une résistance au changement !! Les psy parlent aussi d’acte manqué… mais le Gremlin, c’est plus rigolo.

Reply
MOONY - posted on 26/02/2018 12:15

Merci beaucoup pour cet article mais j’ai envie de demander COmMENt? COMMENT apprivoiser ce gremlin? Depuis quelques temps je pratique meditztion, gratitude, bienveillance, je «range» la maison. LE GREMLIN se calme mais y a t-il une methodologie universelle finalement?

Reply

Laisser un commentaire