Mon projet et toi… (suite)

Hier soir, en observant le résultat produit par ma proposition, je me suis dit :

– Bon ben pour ton projet, tu n’as plus qu’à aller te rhabiller… 25 commentaires sur 70 attendus… Voilà qui ramène la charge de travail à 3 pages chacun ! De plus, si tu t’en tiens à certaines réactions, il est évident que cette modification de charge de travail risque de provoquer un certain nombre de désistements… Rares sont ceux qui ont exprimé l’idée de prendre en charge la part de quelqu’un d’autre. Pour beaucoup, c’est déjà un vrai défi (qu’il soit de l’ordre du dépassement de soi, d’ordre technique, d’ordre légal…).

Ce matin nous sommes passés à 45 réponses. C’est toujours loin du compte pour réaliser le projet, mais ça correspond au taux de participation habituel de nos ateliers de Mastermind. Je vais donc me contenter de faire mon petit travail de synthèse dans mon petit tableau Excel…

Désolé pour ceux qui on vraiment cru que nous allions produire un livre audio ensemble. Le projet tombe à l’eau ! Je vais continuer à faire mon boulot et arrêter de rêver à un monde meilleur dans lequel les esprit s’éveillent aussi vite que les technologies… Je dois avoir (encore) 20 ans d’avance sur mon temps ! Je ne me sens pas à ma place dans ce monde…

Je voudrais également m’excuser auprès de celles et ceux qui attendaient ce tableau de synthèse ce matin. Cette chimère utopique m’a fait perdre une journée ! Non seulement j’y ai cru, mais les premières réactions (plutôt enthousiastes) ont bouleversé mes priorités. J’ai donc commencé à déployer mes outils de production avant de les ranger au placard en fin d’après-midi lorsque mon rêve s’est écroulé. Vous aurez votre tableau Excel demain, voire après-demain, le temps que je me remette de cette humiliation.

Je vais m’y atteler…

Merci à ceux qui m’ont encouragé, et pardon aussi…  Oui, parce qu’en partageant ma part de rêve, vous vous êtes autorisés à rêver avec moi. Je vous ai fait rêver, et ce matin vous êtes probablement fort déçus… Le leader s’est écroulé ! Si vous avez le courage de monter un tel projet, l’idée est libre. Bon courage !

Pour moi, ce n’est désormais qu’une ex-idée parmi d’autres. Parmi tant d’autres… Il n’y a rien de pire que d’être un visionnaire dans un monde qui stagne…

Hum… Revenons à notre auto-coaching du jour !

En lisant ces quelques lignes, et en essayant de te dire que je suis sérieux (j’ai fait de mon mieux pour victimiser un max) qu’as tu envie de me dire là, maintenant, tout de suite ?

C’est parti !

Posted in Semaine 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


36 COMMENTS

Thomas G. - posted on 13/02/2018 11:02

J’aurais tendance à dire, Quand on veux, on peut. Je rame assez depuis presque 12 ans pour savoir que pour réussir un projet il faut s’accrocher. Après si tu es sérieux dans ton projet ma voix est tienne (et maintenant j’ai une chanson de la comédie musicale Oliver Twist dans la tête).

Reply
Stephnany - posted on 13/02/2018 11:15

J ai envie de te dire, que je vais m acheter le livre, me le lire, et qui sait peut être en enregistrer une page ou deux . Allé c est parti .
Price minister est mon ami .
Et j ai du mal à te voir baisser les bras.
Tu feras encore une fois, quelque chose de positif, d un projet avorté.
J en suis persuadé.

Reply
damien - posted on 13/02/2018 11:18

Si le projet a échoué (en apparence) c’est peut être que la finalité n’a pas suffisamment tenu compte des moyens (délais impartis, préparation du groupe,…)?

Reply
Isabelle - posted on 13/02/2018 11:35

Première réaction à te lire : MDR 😂

Deuxième réaction : tu savais ce que tu allais obtenir au vu de la description que tu fais (taux de participation « normal » en fin de journée)
L’objectif aurait-il été trop haut ?

Troisième réaction : attendre que l’on prenne la charge de lecture d’un autre aurait dénaturé le projet initial…l’absence de proposition de cet ordre est donc respectueux de ton projet tel qu’annoncé. Sauf si se contenter de 35/40 contributeurs était acceptable. Alors, revoir la formulation ?

Quant à ton petit travail de synthèse dans ton petit tableau excel, notre potentielle déception (la tienne?), etc… Respire, prend quelques chouquettes, retourne au cinéma et attelle toi au gros travail de synthèse dans un gros tableau Numbers que nous aurons le plaisir de découvrir ce soir !

Reply
Emilie - posted on 13/02/2018 12:37

J’adoooore votre analyse synthétique (je ne sais pas synthétiser, mais si je savais, c’est exactement ce que j’aimerais dire…), et votre énergique coup de pieds aux fesses plein de bonne humeur. 😀 Vous devez être quelqu’un de formidablement motivant pour votre entourage ! Belle journée !

Reply
Prosper - posted on 13/02/2018 11:41

J’ai envie de te dire que : «ce n’est pas très agréable de lire un texte où l’auteur se victimise à outrance».

C’est beaucoup plus agréable de lire un texte où il y a une part d’espoir et de rêve ! D’envie.

J’ai l’impression que le prochain fichier Excel sera une synthèse entre les commentaires d’hier et d’aujourd’hui !

A moins que tu ne nous réserves encore une surprise jusqu’à la fin de la semaine.

En tout cas, je ne crois pas tout ce que tu as écrit aujourd’hui et surtout pas : «le leader s’est écroulé !».

Le leader de l’autocoaching est toujours là. Bien présent, pour nous faire réfléchir sur des communications décalées.

Reply
Céline - posted on 13/02/2018 12:24

OhOh! Tu vois le verre à moitié vide! Ton projet a soulevé beaucoup d’enthousiasme, sur les 45 réponses que tu as reçues, il y en a au moins 35 de positives. Tu as plusieurs options, peut-être demander aux participants de lire 2 pages, s’ils sont d’accord pour en lire une, ils seront certainement ok pour 2 pour peu que tu le leur demandes! (D’ailleurs si tu relis les commentaires tu verras que certains ont déjà fait cette proposition.) Tu peux aussi chercher d’autres volontaires ou/et donner plus de temps à ceux qui n’ont pas encore répondu. Dans tous les cas, tu as intérêt à revoir le délais, si ce beau projet te tient à cœur, accorde lui un peu plus qu’une journée ainsi qu’aux personnes dont tu as besoin pour le réaliser!

Reply
Emilie - posted on 13/02/2018 12:32

Bonjour Stéphane, bouhhh, d’abord, en tant que vrai leader, tu nous démontres que la déprime est contagieuse, dès les premières lignes je me suis dit : « heu… ça, ça n’est pas Stéphane du tout, il se trame un enseignement caché », mais j’avoue que j’ai quand même été bien soulagée de lire le dernier alinéa de confirmation. Tu sais tellement jouer avec les mots, et tu sais tellement « jouer » tout court, que le poison de la déprime et du découragement s’instille un peu en nous à la lecture…

En tout cas, je me retrouve dans ce découragement, que moi, élève, j’éprouve parfois.

Alors voilà ce que je te dirais si tu avais vraiment ressenti ce que tu décris, et voilà ce que j’essaierai de me dire la prochaine fois que je sentirai le découragement s’installer :

« Tu le dis toi-même, le projet est libre… avec la motivation de tous ceux qui ont adhéré spontanément, de tous ceux qui y ont cru, reprends-le toi-même, créé ton monde dans ce monde, ceux qui ont émis quelques doutes ont simplement besoin que tu restes déterminé et que tu restes le leader motivé et motivant, pour écrouler leurs dernières barrières… les questions sont souvent techniques, et ne remettent en rien en cause le sens et la finalité du projet. Au contraire, collecte tous les talents de tous ceux qui sont intervenus, non pas pour refuser le projet, mais pour en indiquer les contraintes, et certainement proposer des solutions… plus de 50% de réaction à un projet, c’est absolument incroyable ! Quelle dose d’optimisme et d’altruisme tu arrives à dégager !!! Et puis avec l’élan du groupe, ceux qui ont hésité un peu seront aussi motivés, comme lorsque des spectateurs commencent à applaudir, le mouvement d’applaudissement s’amplifie… Et ceux qui sont motivés par le SENS de ton projet seront largement à même de lire 5 pages, de donner des conseils techniques à ceux qui en demandent, etc… tu as créé une émulation formidable, effectivement, chacun attends de toi que tu répartisses les rôles et que tu « chorégraphies » les énergies. Bref, si ton projet te tiens à cœur, tu ne PEUX PAS le laisser tomber uniquement parce que ça n’a pas fonctionné du premier coup. Au contraire, tu peux en tirer plein de leçons utiles, qui permettront une concrétisation beaucoup plus solide. Et une idée sans actions n’est rien, tu le sais. Ne la laisse pas au stade d’idée. Ce serait alors TON CHOIX, tu ne pourrais le reprocher à personne.  »

Voilà, en substance, ce que je te/me dirais…

Reply
Ileana - posted on 13/02/2018 12:48

Stéphane, ne désespère pas de nous ! Je lirai volontiers un passage dès que ma voix sera revenue, 🙂

Reply
FrédéricV - posted on 13/02/2018 12:49

L’histoire du leader qui tombe !
Le POURQUOI avait un sens : une co-création sur un thème surement intéressant ! Un objectif de création conviviale et un apprentissage d’outils audio.
Le COMMENT était moins clair et pourvu de nombreux saboteurs :
– une demande hypothétique : peut-être, supposons, imagine…
– une URGENCE non justifiée (avant 22H)
– un objectif non décomposé :
– solutions techniques à trouver (ça pourrait être intéressant en travail collaboratif)
– apprentissage de la technique d’enregistrement de la voix
– travail de la voix (boire, respiration…)
Je remarque aussi quelques sabotages sur la partie juridique qui auraient pu être traités en amont.
Je laisse Stéphane nous éclairer sur cette partie 🙂

Prenons un verre !

Je suis à la maison, j’ai un verre vide, j’ai très soif. Je vais actionner le robinet et le malheur me tombe dessus. La compagnie des eaux a coupé l’alimentation de mon quartier. J’arrive à peine à remplir mon verre au niveau du tiers. De plus, l’eau est un peu chargée en sable, elle est trouble. Conclusion immédiate, je ne pourrai pas boire alors que j’ai soif ! Caliméro n’a qu’a bien se tenir, je vais faire partie de la cohorte de ceux qui râlent sur la compagnie des eaux, qui pleurent sur leur triste sort et qui voteront pour d’autres au lieu de voter pour eux.

Je me suis perdu dans le désert, j’ai un verre vide, j’ai très soif. J’arrive sur le lieu d’un ancien puits reconnaissable aux pierres en cercle. Je creuse dans le sable pendant des heures pour trouver un peu d’humidité et à force d’efforts, j’arrive à la nuit tombée à remplir le tiers de mon verre. Il est rempli d’une eau trouble, chargée en sable. Conclusion immédiate : je vais bouffer du sable mais je vais pouvoir boire, je vais pouvoir vivre.

Dans les deux cas, un sage zen pourrait me dire. « Prends le temps d’attendre et cette eau boueuse se décantera, la surface en sera claire et limpide. »

Le texte de Stéphane me rappelle aux notions de pessimiste et d’optimiste au travers de l’interprétation de la réalité d’un verre rempli à moitié : est-il un verre à moitié vide ou un verre à moitié plein ? Je ne m’étendrai pas sur l’état d’esprit du buveur en fonction de son interprétation ni sur le goût d’un Saint Emilion 1976 suivant le sens de mon interprétation 😊

Le texte me rappelle également aux notions d’engagement, de volonté, de persévérance. Je raconterai donc une vieille histoire :

L’épisode du lac, de Socrate
Tout commence lorsqu’un jeune disciple de Socrate décide de devenir philosophe. Il va donc voir Socrate et lui demande de devenir son élève. Socrate le questionne pour savoir si c’est ce qu’il veut vraiment. Il lui répond que oui.
Socrate décide de l’emmener près d’un lac. Une fois arrivé, il lui demande une seconde fois s’il est certain de vouloir devenir philosophe. Le disciple commence à se poser des questions, mais répond tout même affirmativement.
À ce moment-là, Socrate lui pose une dernière fois la même question.
– Es-tu certain de vouloir devenir philosophe ?
– « Oui ! » répond le disciple.
– Alors mets la tête sous l’eau.
Comme celui-ci ne réagit pas, Socrate le plonge en immersion. Au bout d’un moment, le disciple commence à manquer d’oxygène. Ce dernier tente alors de remonter, mais la main ferme de Socrate l’en empêche.
Il se débat dans tous les sens, jusqu’à l’épuisement…
Juste avant qu’il ne soit trop tard Socrate le relâche et le laisse respirer. Il lui pose alors la question :
– A quoi penses-tu maintenant ?
– A respirer ! lui dit instantanément le disciple, à bout de souffle.
– Si tu penses aussi intensément à devenir philosophe que tu penses à respirer en ce moment, alors tu deviendras philosophe …

Voilà pour ma contribution du jour.
Et avant d’oublier :
Wahooooou ! 15 personnes prêtes à lire, à dépasser des contraintes techniques, à exposer leur voix ! BRAVO Stéphane !!! (C’était 25 ! Désolé ! ….)

Et un petit livre qui fait du bien « L’apprentissage de l’imperfection » de Tal Ben Shahar

Reply
Jose - posted on 13/02/2018 12:57

On ne se noie pas parce qu’on tombe dans l’eau mais parce qu’on y reste!

Cela dit, tu t’attendais évidemment au résultat obtenu. Ce n’est donc pas à toi que je dis cela mais à tout porteur de projet qui se désespère trop vite (pléonasme – on se désespère toujours trop vite! Le courage est de trouver l’énergie d’aller au bout et d’emmener les autre avec soi).

Et enfin, c’est un beau projet, je suis toujours prêt à y participer.

<3

Reply
Mouloud - posted on 13/02/2018 13:03

Bonjour Stéphane
A la première lecture pour t’achever j’ai eu envie de sortir mon gourdin de chêne
mais après réflexion je me dis que tu va nous sortir quelque chose de lourd d’ici 2 jours

pour le projet
nous partîmes 300 et par un prompt renfort nous nous trouvions 3000 en arrivant au port
Alors je te le dis
ton livre on va te le sortir
a tout seul
a 2 a 35 ou a 70
reprends la matrice d’Eisenhower
l’urgence est l’ennemi du bien
donne toi le temps de nous convaincre que l’on est est capable de le faire
et on te le feras
et pourquoi pas un examen de fin d’étude
Mesdames et Messieurs
je signe une pétition pour sortir notre leader de sa torpeur le reste vous appartient
1 MOULOUD
2
3
Belle journée a vous toutes et a vous tous
Ps: Stéphane je te donne jusqu’à 15 heure pour m’envoyer le livre
PPS si vraiment «le leader s’est écroulé !» alors je le ferais avec mes camarades et
JE TE L’OFFRIRAIS pour te prouver que c’est POSSIBLE
AUX ARMES CITOYENS

Reply
Nathalie - posted on 13/02/2018 13:18

Je ne sais si Stephane pourra vous faire passer ma petite lecture audio?
J ai choisi un livre que j avais chez moi de Pierre Rabhi «  Vers la sobriété Heureuse » que je n ai pas encore lu … une façon de le commencer plutôt sympa à mon goût . Cela me rappelle un peu les histoires qu on raconte aux enfants !! Un vrai moment de partage et de bonheur .
A +

Reply
Mélina - posted on 13/02/2018 13:24

Je n’ai simplement pas l’impression que c’est toi qui ai écrit ça

Reply
Claire - posted on 13/02/2018 13:28

N’en jette plus tu m’as démotivé !
A la lecture des commentaires qui ont suivi je comprends toutefois que mon projet ne doit, pour commencer, dépendre que de moi.
Plus exactement c’est moi qui le porte. Je peux demander de l’aide, mais je ne dois pas faire dépendre mon projet de cette aide qui ne sera peut être pas exactement telle que je la voulais ou imaginais.

Reply
Arnaud - posted on 13/02/2018 13:28

Je suis sincèrement désolé de la tournure du projet ! C’est toujours dommage quand un projet dans lequel on s’est investi tombe à l’eau ! J’aurais bien participé à cette petite expérience mais pour les raisons précédemment citées, je ne pourrais pas y participer.

Reply
Fred - posted on 13/02/2018 14:09

On ne gagne pas à tous les coups. Si cette idée n’est pas bonne, essayes-en une autre. Les grecs l’avaient déjà compris: « Cent fois sur le métier tu remettras ton ouvrage. »

Reply
Charlotte - posted on 13/02/2018 14:13

Bonjour Stéphane,
En vrac mes réactions à cette lecture :
– j’ai eu un inconfort physique à lire ces jérémiades, un poids sur la cage thoracique, je n’étais pas préparée à un tel déversement de négativité. Intéressante expérience que je partagerai en illustration avec mes clients tôt ou tard 😊
– nous sommes parfois les premiers saboteurs de nos propres projets par nos croyances et notre vision du monde.
-la victimisation est une bonne parade pour éviter de passer à l’action, ou une bonne justification pour plein d’échecs, ce qui procure le confort incroyable de ne pas se remettre en question.
– une explication à un phénomène, même la plus plausible, n’est pas nécessairement la bonne. Même (et peut-être SURTOUT) si elle renforce nos croyances et nos valeurs.

Reply
Sandrine - posted on 13/02/2018 14:30

Saisir une opportunité qui te parle même si tu ne sais pas quand tu en auras l’utilité.
Ton idée est génial juste la garder en mémoire pour le jour où tout sera syncronise et que se sera le moment pour le monde de savoir que tout est possible

Reply
Sandra - posted on 13/02/2018 15:22

J’ai juste envie de dire qu’à chaque ligne lue de ce post je me suis demandée si j’avais bien ouvert le bon mail.
Car les propos ne te ressemblaient pas.
Car il y a une solution à chaque chose.
Car j’ai dégagé un max de négativité de ma vie, il y a des lustres maintenant (me semble-t-il).
Et car, je n’arrêtais pas de me dire « moi je le fais fait toute seule le livre s’il veut » ! 😉

Reply
Béné - posted on 13/02/2018 15:41

Ne baisse pas les bras, essaie de développer ton idée auprès d’un autre public qui viendra compléter ceux qui étaient déjà partants. Je te suis toujours dans ce projet, pour ma part. Je connais plusieurs personnes qui pourraient être intéressées, je peux les rallier au projet. Si chaque personne partante fait de même, on arrivera vite au bon nombre !

Reply
Michel M - posted on 13/02/2018 15:43

J’ai envie de dire à « l’autre » Stéphane que ce n’est pas grave, le projet est toujours là ! mais que la préparation prime l’action !
Même si la spontanéité dans la mise en place d’un projet apporte souvent des idées fraiches ; un projet aux contours incertains (technique d’enregistrement, droit …) avec une contrainte de délais trop forte, amène autant (ou plus) d’excuses de non-participation que d’adhésion.
Dans ce type de situation j’aurais tendance à « saucissonner » :
-m’assurer que le projet est viable juridiquement
– si ok proposer une solution technique avec mode opératoire pour l’enregistrement
– et proposer à chacun(e) de lire entre 1 à 3 pages du bouquin dans un délai de 36 h (2 soirées)
J’attends avec impatience l’éclairage du « vrai » Stéphane

Reply
Louis - posted on 13/02/2018 16:13

Stéphane,

Peut être que ton projet ne dépendait pas vraiment de toi ?

Reply
Sabrina - posted on 13/02/2018 16:21

Personnellement je n’ai pas pris le temps de le faire …désolée. Mais dans ton texte Stéphane il y a sûrement une leçon à en tirer. Sûrement un coup de pied aux fesses à se mettre..si on veut réellement quelque chose…

Reply
Jean-louis Autissier - posted on 13/02/2018 17:15

Eh bien mon cher Stéphane tu n’es pas seul en ce monde…Je,nous sommes là !
D’abord cela be te ressemble pas de te plaindre…Mais effectivement il y’a des enseignements, je m’étais préparé à devoir quasi lire de suite un passage, mais en ayant peu de temps immédiatement étendue prévenant que plus tard cela était possible !
En même temps cela me fait mémoire de l’Appel à suivre de suite le Maître /Rabbi Jésus qui passe et invite les futurs disciples à le suivre…Sans regarder en arrière!
Oser penser et agir différemment de ce qui est »raisonnable » voilà la vraie question et challenge pour « sortir » de moi, nous-même !
Merci de nous y inviter…et réinviter sans te lasser!

Reply
Daniele - posted on 13/02/2018 17:18

Il ne faut pas s’arrêter au 1er obstacle et à t’entendre on croirait que ca t arrange. Tu nous aurais proposé de prendre plusieurs pages, on aurait certainement dit oui. Et hop en selle!

Reply
aNGèle - posted on 13/02/2018 18:09

je n’ai pas compris la part de rêve ?!?

Reply
aNGèle - posted on 13/02/2018 18:09

je n’ai pas compris la part de rêve ?!?!

Reply
Jean-Louis - posted on 13/02/2018 19:34

Bonsoir Stéphane,
Si je prends ton message au sérieux, je t’envoie balader sans ménagement en râlant.
Je suppose donc que tu nous montres ce qu’il ne faut pas faire : demander beaucoup aux autres avec un niveau d’exigence élevé. En procédant ainsi, on a peu de chances d’être suivis. En ce qui me concerne, cela ne m’intéressait pas, je ne voyais pas ce que cela m’aurait apporté, j’avais d’autres priorités et cela n’était pas évident techniquement. De plus, quand on est très directif avec moi, ça se passe généralement mal et de plus, je déteste que l’on tente de me culpabiliser. Heureusement que tu n’étais pas sérieux !

Reply
Sylvie - posted on 13/02/2018 19:58

Bonjour,
La première chose que j’ai envie de dire, c’est que le format du coaching nous autorise à ne pas être disponible tous les jours … ce qui a été mon cas pendant ces deux jours où je n’ai pas pu consulter mes mails. je n’ai donc pas pu répondre à la proposition d’hier.
La deuxième chose est que je suis partante pour lire une ou plusieurs pages : j’aime les travaux collectifs. Je ne sais pas à qui serait destiné ce livre audio, mais il manquera peut-être d’unité tout en offrant une grande richesse d’interprétation.
La troisième est que la proposition telle qu’elle a été présentée lundi n’est pas tout à fait adaptée au public constitué par tes coachés : il aurait fallu nous accorder plus de délais de réponse. Et je suis sûre que tu le savais et que cette situation est voulue pour nous faire réagir.
Le projet n’est pas perdu loin de là … il devrait même prendre de la valeur, je le pressens !
A bientôt,

Reply
Lise - posted on 13/02/2018 20:22

Cet article est une blague ?

Reply
Lise - posted on 13/02/2018 20:34

Ou alors celui d’hier en était une aussi ?
Moi chui toujours partante…

Si il faut prendre au sérieux cet article pour l’exercice j’aurais envie de dire à cette personne qui se plein (et qui n’est pas toi c’est certain) que si il n’était pas le premier motivé à franchir les obstacles ce n’était même pas la peine de proposer ni d’espérer.
Ensuite sur l’article d’hier, je pense que quand on attend l’adhésion d’un public on fait en sorte de maitre toutes les chances de son côté ce qui n’est pas le cas dans la proposition d’hier.

Reply
michel - posted on 13/02/2018 21:51

Si je mets mon costume de St Bernard, j’ai envie de dire « Aller Stéphane, te décourage pas, ça ne remets pas en cause tes qualités ni tes capacités. C’était une très bonne idée, ça a peut-être un peu trop bousculé les gens et tu devrais la reprendre en l’aménageant différemment. Tu peux compter sur moi »
Si je ne mets pas de filtre et que je me relie à ma colère, je dirais plutôt: « Tu fais ch… Stéphane, tu lances un projet tout seul dans ton coin, ce projet a besoin de la participation des autres pour se réaliser, tu dictes tes conditions sans savoir si elles sont acceptables pour les autres et tu te plains quand les autres ne suivent pas, pire tu les engueules en laissant entendre qu’ils ont 20 ans de retard sur toi. Remets-toi un peu en cause! »
Si j’étais coach, je dirais quelque chose comme: « Quel(s) enseignement(s) retires-tu de cette remarquable expérience? »

Reply
Anaïs - posted on 13/02/2018 23:20

Je n’ai pas reçu le module du jour, je suis donc passée par le site d’aller vers pour le trouver et là je tombe sur cet article….
Alors franchement Stéphane, tu nous as habitué à beaucoup plus de positivisme! Baisser les bras aussi vite et rejeter la faute sur notre manque de participation est trop facile et rapide !! Peut-être être que penser cela est plus facile pour te soulager de l’échec alors qu’à mon sens il y avait beaucoup de solutions avant de se résoudre à l’abandon 😉

Reply
Fanny - posted on 14/02/2018 15:09

J’ai envie de dire que tout n’es pas perdu, que si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera demain, qu’il faut prendre le temps de bien faire les choses lentement et efficacement. Restons positif, si ça n’a pas été possible maintenant, c’est que le destin en a décidé autrement, mais ça finira tout de même par arriver !

Reply
Elsa - posted on 22/02/2018 17:08

J’ai envie de te dire qu’un de mes rêves est de croire que tout est toujours possible mais pas toujours de la façon dont on croit que les évènements se dérouleront. Donc non, je n’ai pas participé (je ne me justifierai pas 😉). Et je suis certaine que la formation que tu nous prodigues avec générosité comblera parfaitement tes intentions sur cet exercice 😉.
Donc pour finir : on maintient la motivation.

Reply

Laisser un commentaire