Le Motif de ton Action

Suite à ma proposition de mercredi,  25 participants ont voté pour une disponibilité Le lundi 5 février à 21h00. Ce sera donc la date de notre premier webinaire. Webinaire dans lequel j’invite TOUS les participants de ce programme, y compris ceux qui ont opté pour la version standard.

Bien sûr, tu peux venir à ce webinaire, même si tu as oublié de laisser ta disponibilité. Je t’enverrai le lien pour te connecter, comme ça tu pourras prendre ta décision, même au dernier moment

La technique du jour

Je vais te demander un faveur. En fait, c’est bien plus qu’une faveur, c’est une TECHNIQUE. Mais on l’applique bien mieux lorsque je la présente comme une faveur, et comme je suis coach, ça ne me dérange pas de faire passer une technique pour une faveur…Si ta soirée n’est pas déjà réservée, alors réserve-la pour ce webinaire. Prends ton agenda ou ton outil habituel qui te permet de te rappeler des choses importantes, et note que lundi tu as un webinaire à 21h00.

 

Fais-le maintenant, avant de lire la suite.

 

 

 

Deuxième technique

Je vais te demander une deuxième faveur… Je reçois beaucoup de courriers en ce moment, et certains demandent des traitements urgents. Si tu as bien envie de venir au webinaire lundi, mais malheureusement tu ne peux pas, il est inutile de te justifier, je sais que tu fais de ton mieux. D’ailleurs, j’aimerais que tu me fasses cette faveur tout au long de ce programme : ne te justifie pas de ne pas pouvoir faire un truc !

Troisième technique

Une troisième faveur… Elle peut paraître contradictoire avec la précédente, parce que là, je vais te proposer de te justifier !

Si tu as réservé ta soirée de lundi et tu as la ferme intention de venir, j’aimerais que tu me dises POURQUOI !

Quelles est ta motivation ?

Quelle est ta Motiv-Action ?

Quel est le MOTIF de ton ACTION ?

J’attends ta réponse.

A++

Stéphane

Read More

Comment retrouver tes lunettes

J’ai livré cette technique dans différents contexte. Parfois juste pour le «fun», d’autres fois, dans un cadre neuroscientifique. Il y a donc différents niveaux d’appropriation de la pratique que tu vas découvrir. Je vais donc te proposer, même si tu la connais déjà, de la redécouvrir, car au delà du premier degré, il y a tout un univers derrière cette technique. Donc si tu as envie de me dire «je ne porte pas de lunettes» tu es prié de sortir !

Bon allez ! Tu as payé, je fais faire un petit effort : ça marche aussi pour les clés, le téléphone, les ciseaux, l’agrafeuse, etc. Tout objet que tu as tendance à «perdre» systématiquement et qui te coûte de longues minutes de recherche par semaine peut être retrouvé grâce à cette technique :

Commence par «jouer»

Prends tes «lunettes» et pose-les VOLONTAIREMENT dans un endroit où tu as plus ou moins l’habitude de les poser. Immédiatement après, pointe tes lunettes du doigt et fais un truc bizarre :

  • Trépigne
  • Prononce une onomatopée
  • Chante une chanson de Maître Gims
  • etc.

Cette situation ridicule doit durer au moins 15 secondes. Garde bien le doigt pointé sur les lunettes pendant ce temps… Ensuite, quitte la pièce (sans prendre tes lunettes), pointe ton doigt devant toi en visualisant tes lunettes, et refais le même truc bizarre. Tu te souviendras où tu les as posées !

– Mais c’est facile puisque je viens de les poser, me diras-tu, qu’en est-il 2 heures plus tard ?

Fais-moi confiance et continue à jouer : recommence au moins 3 fois d’affilée en posant tes lunettes à différents endroits et en répétant la même action insolite.

Répétition

Répète ce jeu régulièrement (même plusieurs fois par jour). Les 3 reprises ne durent que 5 minutes (si tu veux enchaîner 5 ou 6 reprises, c’est toujours OK). Au bout de quelques jours, lorsque tu poseras tes lunettes (en situation), tu auras tendance à «jouer» naturellement. Laisse-toi aller, sachant que si tu n’es pas seul, tu peux juste pointer les lunettes du doigt (en imaginant ton rituel insolite sans l’exécuter). Si même ce geste te dérange en public, tu peux imaginer ton doigt pointer tes lunettes, mais arrête-toi quelques secondes pour les observer.

Ancrage

Ce jeu te permet de créer un ancrage : en associant un geste physique et une disposition mentale au moment où tu as posé tes lunettes, tu vas créer un souvenir intense. C’est pour cette raison qu’il convient de faire quelque chose de «bizarre». Ça marque davantage.

A chaque fois que tu auras besoin de retrouver tes lunettes, tu pourras faire un «rappel d’ancrage» en te mettant dans la même disposition physique et mentale. Donc tu sauras où est l’endroit.

Cas particulier

Si tu poses tes lunettes quelque part, que tu ancres ton geste et que tu ne les retrouves pas, il y a une explication possible : quelqu’un les a déplacées, se disant que ce n’était pas un endroit où poser ses lunettes…
(Chérie, si tu lis cet article un jour, sache que tu es ma plus grande inspiratrice…)

Et si tu oublies d’ancrer ?

On me pose cette question à chaque fois !

– Pendant l’entrainement OK, aucun risque d’oublier à moins de s’appeler Dory (petit poisson de l’univers Pixar, qui a des troubles de la mémoire immédiate)… Mais en vraie situation, si j’oublie de jouer ? Je ne vais pas me souvenir de l’endroit parce que je ne l’aurai pas ancré !

Ma réponse est simple :

Tout d’abord, tu ne seras pas plus avancé que maintenant, mais pas moins non plus. Donc arrête de penser à ce qui risque d’arriver avant de passer à l’action, surtout face à un truc aussi trivial. Je ne te propose pas de t’injecter en intraveineuse, une hormone fraîchement inventée par un collectif de chercheurs traqués par Interpol…

Ensuite, il se trouve que ton cerveau est bien plus futé que ce que tu crois. Il est capable de comprendre l’Intention derrière le rituel. Ce qui signifie que si tu joues le jeu pendant un petit temps, il va te rappeler où sont tes lunettes, même si tu oublies d’ancrer ton geste de temps en temps.

Alors essaye !

A++

 

PS : Si tu connais déjà cette technique, partage le fruit de ton expérience , afin d‘encourager les personnes qui sous-estiment la puissance de cette technique.

Read More

Le besoin d’avoir envie

Imagine un mendiant assis sur un carton dans la rue. De quoi a-t-il besoin ?

Il a besoin de respirer, de se nourrir, d’éliminer sa nourriture, de dormir… Si tu lui parles d’un croissant bien chaud au petit déjeuner, il te dira que c’est bien tentant, que ça lui ferait plaisir, mais un simple bout de pain, même rassis, suffirait pour répondre à ses besoins.

Se nourrir est un besoin, manger un croissant est une envie.

Ce qui est trompeur, c’est le fait que le croissant est basé sur un besoin : se nourrir. C’est un besoin vital ! Mais physiologiquement parlant, manger un croissant ne répond pas au véritable besoin mieux qu’un morceau de pain beurré. C’est le cas de la plupart des bons petits plats que nous nous accordons, et qui nous font plaisir.

Au-delà du besoin, il y a donc cette notion de désir, de plaisir, de satisfaction… qui entrent dans le jeu et qui ajoute du piment à la vie.

BE-SOIN ou EN-VIE

Il est intéressant de voir à quel point ces mots sont bien choisis une fois découpés : lorsqu’on répond à un be-soin, on est dans le «soin» : si on ne mange pas, on s’affaiblit et on tombe vite malade… En revanche, lorsqu’on répond à une en-vie, on se sent «vivant» !

On peut également constater que les besoins sont considérés comme «évidents» par tous les êtres-humains, alors que les envies (bien que basées sur ces besoins) peuvent être très variées. Par exemple, j’ai besoin de manger comme tout le monde, mais à la place du croissant, je peux avoir envie d’un fruit, d’une tartine avec de la confiture, d’un pain au chocolat, d’une omelette, etc.

De l’éternel insatisfait à l’éternel satisfait

Dès que nos besoins sont assouvis, nous commençons à avoir envie de mieux profiter de la vie. Il y a une expression terrible qui résume ce phénomène :

L’être humain est un éternel insatisfait

Cette expression est négative. Elle peut te tirer vers le bas en te donnant l’impression que c’est mal de chercher de la satisfaction. Or elle est abusive ! Il serait plus neutre de dire :

L’être humain est en perpétuelle quête de satisfaction

Lorsqu’il atteint un certain niveau, il aspire à un niveau supérieur. Ce n’est pas de l’insatisfaction, c’est une envie de vivre encore de nouvelles satisfactions. Etre conscient de cela te permet de comprendre qu’en cherchant à te dépasser tu deviens à un éternel satisfait. Tu ne cherches plus à assouvir un besoin de base. Tu aspires à la transcendance, c’est-à-dire au dépassement de soi. Tu ne te contentes pas du soin, tu veux profiter de la vie !

Ici, dans ce programme de coaching je peux affirmer que l’être humain est bien plus qu’un animal, qui nait, qui s’use et qui meurt… Personne ne va vers le Développement Personnel pour répondre aux besoins du mammifère bipède.

La théorie d’Abraham Maslow

J’aurai l’occasion de décrire la théorie de Maslow en détail lors de notre premier webinaire (la semaine prochaine). Cette théorie part du constat que nos besoins sont ascensionnels : au plus bas de la pyramide on a besoin (entre autres) de se nourrir. Tant que ce besoin n’est pas assouvi, il est difficile d’aspirer à autre chose. Mais dès que nous mangeons à notre faim tous les jours et que nous nous accordons de bons petits plats qui nous font envie, d’autres besoins apparaissent, d’un niveau supérieur…

Ces nouveaux besoins sont basés sur la sécurité et une certaine stabilité : on a besoin de travailler pour gagner de l’argent afin d’assurer un niveau de vie stable. Et comme pour le croissant, ce besoin peut être dépassé en répondant à une envie : travailler dans un domaine qui nous donne du plaisir. Idem pour le logement : le besoin est d’avoir un toit sur la tête, l’envie est de vivre dans une maison agréable qui correspond à notre caractère.

Une fois stables et assurés, le nouveau besoin est de nous intéresser aux autres et d’intéresser les autres : d’entrer dans la vie d’une ou plusieurs personnes. Ce besoin d’amour, d’amitié, d’appartenance à un groupe, etc. peut nous entraîner à subir ces personnes… L’équivalent du croissant (de l’envie) est de CHOISIR ces personnes.

Si tu t’autorises à choisir tes fréquentations, tu accéderas au niveau suivant de la pyramide : celui où le besoin de base sera l’estime, le respect, la reconnaissance des autres… Les besoins des niveaux précédents ne disparaissent pas. Ils sont là en filigrane : ils existent mais on n’a plus besoin d’y penser, car non seulement les besoins sont assouvis quotidiennement, mais souvent, les envies sont également satisfaites.

Tu pourrais me répondre que même un mendiant qui a faim a besoin de respect. Et je te répondrai que s’il a vraiment faim, son besoin est de manger ! Si un sale type lui balance un morceau de pain à la figure, sans lui sourire et sans même le regarder, il mangera ce qu’on lui balance et il pourrait même dire merci… Ceci-dit, je ne ferai pas dans la simplification comme l’ont fait beaucoup de gens : il existe des interactions entre les niveaux de cette pyramide, et il est vrai qu’à partir du moment où le besoin de manger est assouvi, le mendiant, comme toute autre personne, aspire au respect.

Tu peux découvrir les travaux de Maslow dans beaucoup de ressources (notamment sur Wikipédia). J’en parlerai plus en détail dans notre prochain webinaire. Je te rappelle que tu y as ta place, même si tu as opté pour la version standard de ce programme. Je t’offre le premier webinaire.

Exercice du jour

Je t’invite à revoir la phrase que tu as écrite le premier jour de ce programme et d’écrire quelque chose sous la forme :

J’ai besoin de …, et j’ai envie de …

Par exemple :

  • J’ai besoin de manger, et j’ai envie d’un croissant
  • J’ai besoin de travailler, et j’ai envie de vivre de ma passion
  • J’ai besoin d’un public pour mon webinaire, et j’ai envie d’y accueillir à un maximum de personnes

C’est à toi !

A++

Stéphane

PS : L’exercice ci-dessus est intéressant à faire, même en solo à différents moment de la journée. Le partage ci-dessous permet aux participants de s’inspirer les uns les autres. Mais ce n’est pas l’exercice d’un jour. C’est une véritable technique d’auto-coaching, qui mène vers l’action, et vers la transcendance. Te voilà donc avec une nouvelle bonne pratique dans ta boîte à outils.

Read More

Besoins et Envies à profusion

Merci !

Merci infiniment à tous pour votre participation. Grâce à vous, j’ai pu constituer un beau document, et comme promis, vous allez pouvoir en profiter. Il est disponible en téléchargement.

Si tu as participé à l’exercice d’hier, tu vas y trouver ta contribution, parmi 67 autres !

Je te propose d’explorer ce document avec moi. Pense à cliquer sur l’icone «plein écran» pour bien profiter de cette vidéo. Et surtout, j’attends ton commentaire si l’exercice final t’invite à intervenir à nouveau :

Téléchargement du fichier Excel

A++

Stéphane

Read More

Avant de réaliser mon projet…

C’est parti pour notre premier Mastermind !

Tu te souviens comment ça marche ? Je lance un thème et tu le commentes en une phrase.

Ça te fera une journée de démarrage plutôt reposante : juste une minute de réflexion et de partage.

Je collecterai l’ensemble des commentaires et je construirai un document pour demain.

Voici l’exercice du jour :

Il consiste à compléter une phrase qui commence par :

» Avant de réaliser mon projet, j’ai besoin de…

ou

» Avant de réaliser mon projet, j’ai envie de…

Afin de donner une belle dimension à cette phrase, je te propose la pratique suivante :

  1. Assieds-toi
  2. Ferme les yeux
  3. Balance-toi doucement d’avant en arrière, comme si tu étais sur une balançoire (balance juste ton corps, la chaise ne bouge pas)
  4. Imagine-toi en train d’œuvrer pour ton projet
  5. Prends une profonde inspiration
  6. Puis, expire, en prononçant ta phrase, qui commence par :

» Avant de réaliser mon projet, j’ai besoin de…

ou

» Avant de réaliser mon projet, j’ai envie de…

Choisis l’une de ces deux phrases en écrivant ce que tu veux derrière le mot «de».

Par exemple :

  • Avant de réaliser mon projet, j’ai besoin de 5.000€
  • Avant de réaliser mon projet, j’ai envie de constituer une nouvelle équipe
  • Avant de réaliser mon projet, j’ai besoin d’une année sabbatique

Si tu le souhaites, tu peux formuler jusqu’à 3 phrases. Mais une seule me suffira.

Écris la phrase en entier s’il te plait.

Ton commentaire ne sera pas visible immédiatement, afin que chaque participant puisse écrire quelque chose de façon autonome. Tu peux publier sous pseudo : ce qui m’intéresse, c’est le document global.

C’est parti !

Read More